Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Une situation exceptionnelle et financièrement précaire pour le transport collectif

Montréal, le 16 avril 2020 – Alors que la plupart des Québécois est confinée en raison de la COVID19, le fonctionnement des transports collectifs demeure nécessaire afin de permettre notamment aux travailleurs essentiels de se rendre à leurs lieux d’emplois. Un haut niveau de services doit être maintenu afin de favoriser la distanciation physique des usagers et de fournir ce service essentiel. La baisse d’achalandage entraîne toutefois une situation financière précaire pour les sociétés de transports. Les paliers supérieurs de gouvernement devront donc rapidement leur venir en aide.

Une aide d’urgence nécessaire

« Pour le grand Montréal seulement, on prévoit un manque à gagner de 75 M$ en avril. C’est presque 100 M$ pour l’ensemble du Québec. Les sociétés de transport n’ayant pas la même capacité d’emprunt, il sera crucial de leur fournir une aide financière d’urgence d’ici les mises à jour budgétaires des gouvernements supérieurs, comme c’est déjà le cas aux États-Unis », souligne Florence Junca-Adenot, professeure à l’UQÀM.

« Les transports collectifs demeurent essentiels pour plusieurs travailleurs de première ligne, par exemple dans les secteurs de la santé et de l’alimentation. Les services de transport adapté le sont également. Les impacts de la pandémie sur les revenus des organisations de transport collectif mettent toutefois en péril la pérennité même du maintien de ce service essentiel pour l’année budgétaire 2020. Il faut tout faire pour maintenir des services de qualité partout sur le territoire », affirme Sarah V. Doyon, directrice de Trajectoire Québec.

Prévoir le déconfinement dès maintenant

« Il nous apparaît peu probable que les défis reliés à la mobilité urbaine aient disparu à la fin de la crise. Le développement des villes à proximité des services de transports collectifs demeure notre meilleur gage pour la qualité de vie du plus grand nombre, mais pour y arriver, il est essentiel de préserver la santé financière des organismes qui opèrent les services », rappelle Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville.

« On sait que le transport en commun génère près de trois fois plus de retombées économiques que le transport privé par automobile au Québec. C’est exactement le genre de mesures de relance qu’il nous faut partout sur le territoire québécois », déclare Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables. « Rappelons à nouveau que pour y arriver, il faut d’abord consolider les services déjà existants avec à une aide d’urgence. »

-30-

À propos de TRANSIT

La mission de TRANSIT est de favoriser le développement et l’amélioration des services de transports collectifs au Québec, en s’assurant qu’ils reçoivent le financement nécessaire pour permettre au plus grand nombre possible de citoyens d’en bénéficier. Depuis sa création en août 2011, TRANSIT publie des rapports d’analyse et fait état de plusieurs recommandations pour pallier la crise des transports et aider le gouvernement et les organisations de transports collectifs à atteindre leurs objectifs d’achalandage d’ici 2030.